Trans, cyborgs, avatars et gaming postcolonial // le 21 mars 2018 à 19h // Paris

rencontre

Afrocyberféminismes #2

https://gaite-lyrique.net/afrocyberfeminismes-2

afrocyberfeminismes

 

Cette séance aborde la question des corps technologisés, de la représentation online et dans les mondes virtuels et de la réappropriation du jeu vidéo pour proposer des contre-récits ou des gameplays alternatifs.

Conférences

Elsa Dorlin [FR] est professeure de philosophie politique et sociale à l’Université Paris 8. Elle a dirigé Black Feminism : anthologie du féminisme africain-américain, 1975-2000 et est co-autrice de Penser avec Donna Haraway. Elle lie la figure ironique du cyborg, détournée par Donna Haraway, au Black feminism.

Mehdi Derfoufi [FR] est chercheur, critique de cinéma, enseignant en études cinématographiques et game studies. Il travaille actuellement sur un ouvrage consacré au gaming postcolonial et fera découvrir une liste de jeux non-occidentaux.

Performance

Ana Pi [BR] artiste, danseuse contemporaine et chorégraphe brésilienne, chercheuse en danses urbaines. Sa performance NOIRBLUE (extrait de matière) s’inspire de son solo qui crée une navigation atlantique entre deux couleurs, la couleur noire de la peau et le pigment bleu outremer.

Um filme &

NoirBLUE – les déplacements d’une danse (26min26 – 2017)

Film présenté au Centre Georges Pompidou, le 7 décembre 2017, pour une carte blanche où j’ai pu avoir le grand plaisir d’inviter à me rejoindre:

It’s about another way (2017, 10’47) de Fabiana Ex-Souza

I need this in my life (2016, 10’) de Fannie Sosa

Blue Bleu (2016, 9’52) de Julien Creuzet

https://billetterie.centrepompidou.fr/resources/samp/CGP/CGP_1718___VD___FILMS_DE_DANSE_DECEMBRE_4xW1C4CwFvgQsSfVh2nwjpbCJU=.html

02 - NOIRBLUE03 - NOIRBLUE.jpg04 - NOIRBLUE13 - NOIRBLUE

N O I R B L U E, existe.

NOIRBLUE - photo oficial 2

Aujourd’hui elle existe cette danse bleue qui dérive de la noire.
Hier j’ai dansé sans peur, dans l’obscurité. On était là, le son, la lumière et le mouvement, ensemble à se voir et s’écouter. Les yeux devant moi étaient, eux aussi, luminescents. J’ai sentais leur vibration curieuse. Je suis partie et ça vibrait encore, c’est ça que je voulais faire sans concession. La liberté est bleue. Maintenant j’ai 100 euros, du coup je me dis: ça y est, je continue. Je remercie immensément qui a participé d’une manière ou d’autre à cette construction de sens. Je remercie toutes les personnes qui se sont déplacées hier pour et avec cette danse.

NOIRBLUE est dès maintenant disponible pour être reprogrammée.
Mail-me pour le dossier // anazpi@gmail.com  

 

NOIRBLUE - photo oficial

photographies: Daniel Nicolaevsky